Être vivant, être la Vie, être UN

par | Déc 7, 2019

Et si être vivant signifiait que nous étions la Vie ?
Et si vous ne viviez pas votre vie mais que vous étiez LA VIE elle-même ?

Est-ce que la goutte d’eau dans la mer se demande si elle EST l’eau ?
Est-ce qu’une cellule de la peau se demande si elle est la peau ?
De même, pourquoi un être vivant douterait-il d’être la vie elle-même ?

être vivant, être un océan de vie

JE SUIS la VIE

Nous en avons déjà parlé mais nous devons y revenir. Il n’y a pas de séparation entre la vie et vous. Elle ne se trouve pas dans un espace et vous dans un autre.
Il y a une raison principale qui fait que l’être humain, l’être vivant parmi d’autres, doute d’être la Vie. Cette raison se nomme la mort.
Revenons à la goutte d’eau de mer.
Elle est immergée dans la mer : elle fait l’expérience de la mer.
Lors du ressac d’une vague, voilà qu’elle se trouve délaissée sur la plage. La mer, sous l’apparence de la vague, repart sans elle, la laissant sur le sable.
Lorsqu’elle se trouve laissée ainsi sur la plage, la goutte d’eau est désormais « séparée » de la mer.
Que se passe-t-il alors ?
La goutte d’eau de mer fait une nouvelle expérience : celle de la désidentification. Elle cesse d’être goutte d’eau et s’évapore pour devenir vapeur d’eau.

Elle ‘goutte’ à un autre état de la mer. C’est un état moins dense et plus vaste puisqu’elle devient conscience de mer, conscience d’eau, et conscience d’air.

Comprenez-vous ? Il n’y a qu’une chose à faire pour être aussi simple et claire que cette goutte d’eau. Parce que c’est bien la clarté de cette goutte d’eau qui vous montre ce qu’est la vie dans ce message, n’est-ce-pas ?

ÊTRE, tout simplement.

Il s’agit de s’abandonner, et accepter d’être le mouvement, d’être le changement.

L’effacement, voilà seulement ce qu’est la mort. Cet instant où la vie semble nous quitter comme la mer quitte la goutte d’eau sur le rivage. Mais tout comme la goutte d’eau reste l’eau et la vie, nous restons aussi la vie. Nous changeons d’état de vie c’est tout.
Nous n’avons pas besoin de la mort pour connaître cette transcendance, cette vastitude.

Juste vous demander : « et si j’étais la vie ? »

Vous ne vous identifiez plus à un être vivant. Vous êtes détaché de l’expérience de vie et alors vous accédez à la vie elle-même, c’est à dire à l’essence d’Être. FINIE l’expérience de séparation, avec ce qu’elle implique de souffrance et de peine.
Au-delà de toute apparence et de toutes formes, nous sommes la Vie.
Il n’y a pas de séparation entre nous et le moindre autre aspect vivant. La vie se déroule et nous sommes la conscience de cela : nous sommes conscients de son déroulement, c’est à dire des événements, des situations. Mais, nous sommes aussi conscients d’être la source de ce déroulement comme créateur. Et puis, nous sommes aussi la source de ce qui n’est pas encore survenu…

Vous êtes la vie,
Je suis la vie

Nous sommes UN

Dans l’Amour, la Paix et l’Harmonie,

Catherine

Ce texte ne peut être repris que dans son intégralité et en en citant l’auteur (catherine coker) et la source (catherinecoker.com)

Ce texte est une exclusivité, extraite de mon prochain livre à paraitre. Toute copie ou exploitation, sans respect des règles précédemment énoncées, est passible de poursuite

♥ Si le cœur vous en en dit, voici d’autres articles qui traite de l’eau, comme ‘source’ de rappel à l’unité :les messages de l’eau dans la météo à la fin de cet article et “tu es tout comme l’eau” à la fin de cet article sur les émotions

0 commentaires

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties nécessaires pour la fonctionnalité informatique de ce service. Lire notre politique de confidentialité.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This