Les blessures de l’âme pour… être Soi et vivre l’harmonie. La vie que l’enfant va rencontrer avec ses parents, l’école … va ré-activer ses blessures de l’âme, mais le mettre dans une prison, la prison des masques.

Ici, nous allons parler des moyens de sortir de cette prison, de libération des blessures de l’âme, de liberté, de réalisation de mission de vie.

Les 3 caractéristiques principales des blessures de l’âme 

Les blessures de l’âme sont innées 

Quand je dis, innées, je veux dire que nous venons au monde avec les blessures de l’âme.

« Tout ce que nous vivons dans la non-acceptation s’accumule au niveau de l’âme. Celle-ci étant immortelle, revient sans cesse sous différentes formes humaines avec le bagage accumulé dans sa mémoire d’âme. Avant de naitre, nous décidons de ce que nous voulons venir régler dans cette incarnation. Cette décision et tout ce que nous avons accumulé dans le passé ne sont pas enregistrés dans notre mémoire consciente, c’est-à-dire celle qui relève de l’intellect. Ce n’est qu’au fil de la vie que nous devenons graduellement conscients de notre plan de vie et de ce que nous devons régler » (Lise Bourbeau, les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même).

Les blessures de l’âme entravent la réalisation de la mission de vie 

La plupart du temps, et pour la plupart des humains, les blessures d’âme sont encore inconscientes.

Certes, Elles sont ré-activées par les circonstances de la vie et induisent de la souffrance chez la personne. Mais tout le jeu, via l’égo, va consister à les fuir pour éviter cette souffrance. C’est une tendance réactive naturelle. Mais elle éloigne peu à peu la personne de sa vérité et de sa mission de vie.

Les blessures d’âme inconscientes renforcent l’ego 

En effet, l’ego offre des masques qui permettent de faire semblant de façon à ne pas souffrir, qui « masquent » la blessure. Chaque fois que le masque est utilisé, la personne n’est pas authentique et fait preuve de peur : peur d’être trahi, peur d’être rejeté, peur d’être abandonné, peur d’être humilié, peur de vivre une injustice. Ce sont les 5 blessures de l’âme.

Chacune de ces blessures dit à la personne, via l’ego, qu’elle n’est pas aimée. La personne, qui s’identifie à cette croyance comme si elle était réelle, s’éloigne de son cœur, de sa raison d’être qui est de reconnaitre sa vraie nature : tous les Êtres sont pur Amour. Le besoin d’être aimée relève de la peur, tandis que la mission de vie ou la raison d’être est l’amour.

Reconnaissez-vous intégralement 

Lâchez les masques que vous portez. 

Ne vous identifiez plus à l’ego, aux voiles de l’illusion, mais devenez confiants en la vie. Devenez conscients des comportements que vous adoptez même si, jusque-là, vous ne vous rendiez pas compte la plupart du temps.  C’est possible et vous lèverez le voile sur ce que vous fuyez le plus.

*****les différents masques 

La peur de la trahison se dissimule dans un masque de contrôlant :

respect des engagements, fidélité, responsabilité, anticipation, planification, garder le contrôle, surveiller que les autres font bien ce qu’ils sont supposés faire…

La fuite du rejet se traduit par un masque de fuyant :

se faire tout petit(e), ne pas être attaché(e) aux chose matérielles, être détaché(e) des gens, se demander pourquoi être ici, préférer la solitude …

La peur de l’abandon est voilée sous le masque du dépendant :

victimisation, recherche d’approbation, besoin d’attentions, manipulation, chaleureux, fusionnel…

La blessure d’humiliation activée, et vécue sans conscience, réveille le masque du masochiste :

se punir, être performant, altruiste, hypersensible, ne pas écouter ses besoins …

La blessure d’injustice et le masque de rigide :

optimiste, perfectionniste, envieux, colérique, froid, sans limite ….

Changer de regard H3

Croyances, Blessures, conséquences de l’éducation, peurs sont autant de facteurs qui entravent votre liberté d’être.

Ils mettent un filtre sur tout ce que vous vivez : c’est comme si vous portiez en permanence des lunettes noires qui vous empêchent de voir toutes les couleurs du paysage.

Observez et reconnaissez que les situations que vous rencontrez sont le fruit de votre création et que cette création dépend des filtres demeurés inconscients : c’est prioritaire pour l’être divin que vous êtes, et qui souhaite l’incarner maintenant.

Prendre la maitrise 

Vous prenez la responsabilité de votre vie, en ne laissant plus ces blessures sous-tendre vos choix, vos actions, vos réactions, et tout cela, à votre insu. En les reconnaissant, vous les remettez à leur place et vous prenez la vôtre.

Libérer les blocages et les peurs 

Il est incontournable de mettre en lumière le jeu de l’ego qui vous conduit à fuir situations et des parties souffrantes de vous-même, au lieu de leur accorder de l’attention. Choisir le cœur plutôt que l’ego va vous permettre de laisser l’Amour dissoudre les peurs, les doutes… Cette démarche va vous placer dans la foi  pour aller vers le meilleur de vous-même, recontacter votre authenticité, libérer tous vos potentiels.

S’ouvrir à la Vie 

Comment ? Parce que les blessures de l’âme vous placent non-reconnues ne vous conduisent pas à une ouverture à la vie. Les connaitre, les reconnaitre, c’est admettre que vous n’êtes pas elles, ni les rôles qu’elles vous poussent à endosser. C’est vouloir, enfin, être une personne qui s’expanse et que toute la vitalité, la puissance de la lumière va pouvoir alimenter.

Pouvoir guérir 

Ce n’est qu’en acceptant d’avoir des blessures à guérir qu’elles peuvent être guéries. L’œuvre lumineuse de l’amour universel va alors pouvoir commencer.

La guérison passera par l’accueil inconditionnel de ces aspects de vous qui ont besoin d’attention, par l’acceptation, le pardon, l’amour. Accueil, Acceptation et Amour sont les 3 phases de la sagesse ACACAI

Appliquer la sagesse du cœur universel, ACACAI, pour guérir les blessures de l’âme 

Accueillez

Les douleurs jamais avouées, ni même reconnues sont comme un cri qu’elles soulèvent.

Je t’accueille parce que tu m’appelles 

Accorder de l’attention à ce que vous éprouvez vraiment est un magnifique cadeau que vous pouvez vous offrir. Il s’ouvre sur une possibilité de reconnaissance de ces dimensions de tristesse, de colère, de stress … Ces émotions existent. Toutefois, elles s’expriment à votre insu tant que vous les reniez. Elles constituent une empreinte permanente en vous, qui vous conditionnent : elles exercent une influence sur vos attitudes, vos choix et désirs, vos comportements, vos relations … Elles constituent l’une des mille et une facettes de votre personnalité que demandent à être éclairées par la lumière de votre conscience.

Acceptez vos zones d’ombres et Aimez  

Les blessures de l’âme qui sont actives en vous sont aussi activées, chez les autres, par vous, par vos actions, paroles, attitudes inconscientes. Vous devez voir que vous n’êtes pas « parfaits » et que vous pouvez aussi faire aux autres ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse. C’est le jeu traditionnel des miroirs : acceptez d’être aussi cela.

Il est vrai que prendre conscience de ces douleurs anciennes enfouies en vous peut être douloureux de prime abord. Toutefois, cela se révèle être très libérateur. Tant que vous ne pouvez aimer de vous que les choses “sympathiques”, jusqu’à ce que vous puissiez vous voir exactement comme vous êtes, sous le regard bienveillant de l’observation, vous ne vous aimerez pas vraiment. Acceptez tout de vous : ce que vous êtes, ce que vous éprouvez, ce que vous faites …

LA référence sur les blessures d’âme

Lise Bourbeau est l’auteure qui a fait connaitre au grand public ces 5 blessures importantes : Une ou deux prédominent chez chacun.

TRAHI est l’acronyme des 5 blessures : T pour blessure de Trahison, R pour la blessure de Rejet, A blessure d’Abandon, blessure d’Humiliation ou blessure d’Injustice.

Son site : https://www.lisebourbeau.com/fr/

Son livre, accessible par lien gratuit ci-dessous, vous permet de les identifier. 

Le lire : cliquez ici

A bientôt

Se distancer des peurs : 

en s’acceptant et s’aimant :  en cliquant ci-contre

Pin It on Pinterest

Share This